Posts Tagged ‘politique’

h1

Dérive participative ?

26 septembre 2007

Voilà qu’Hugo Chavez s’aventure sur un terrain qui ne semble pas très cohérent avec son image de zorro national : le promoteur d’une réforme constitutionnelle visant à promouvoir la démocratie participative locale. Je me garderai bien, pour ne pas avoir étudié le dossier de manière très approfondie, pour ne pas avoir été sur place, pour avoir lu des prises de positions antagonistes et également sincères, de juger de manière générale la politique du président vénézuélien.

chavez-conseils-communaux.jpg

La question que nous pose pourtant la mise en place de ses « conseils communaux », assemblées citoyennes gérant localement des budgets conséquents, n’est pas escamotable : une démocratie véritablement participative s’accommode-t-elle d’un régime basé sur la présence d’un leader charismatique fort ? Peut-on, culturellement, encourager la prise d’initiative, l’autonomisation des personnes, des groupes, des territoires, d’une part, et un sentiment de toute puissance de la tête de l’exécutif, qui redessine les règles du jeu nationales et internationales, redistribue les cartes économiques et politiques, polarise l’attention ?

La question vaut la peine d’être creusée… et on pourrait peut être même en tirer des enseignements pour l’avenir de la Sarkolandie !

J’attends avec impatience vos avis sur les relations que peuvent entretenir leader charismatiques et participation citoyenne !

Nicolas Leblanc

Publicités
h1

Le temps des questions

6 juillet 2007

La campagne, puis les résultats de l’élection présidentielle ont été un temps fort des derniers mois pour la rédaction, qui s’était prononcée clairement, tout comme la présidente de l’Adels (l’association qui édite Territoires), en faveur de Ségolène Royal au second tour. Il nous semblait, et il nous semble toujours, que les opportunités de changements vers une démocratie plus délibérative, une décentralisation plus claire, et une citoyenneté plus active étaient plus importants en cas de victoire de la candidate du PS. Il n’en a pas été ainsi.

Comment réagir aujourd’hui ?

479.jpg

Cette question a beaucoup été posée dans les réseaux associatifs, dans les milieux de la gauche citoyenne, par les organisations de la société civile, dans les jours qui ont suivi le 6 mai. Mais nous savons aussi qu’il ne sera pas facile d’y répondre, et qu’il faudra de long mois pour avancer des éléments concrets face à cette interrogation.

Pour autant, Territoires, avec la complicité d’associations partenaires, d’universitaires, d’élus locaux, et de nombreux lecteurs et citoyens, propose d’apporter une première pierre à ce travail indispensable (je ne parle pas ici d’un travail de deuil, ce serait idiot, mais bien d’un travail d’analyse, et de remise en question, au sens le plus positif du terme). Par les « 21 questions pour comprendre et réagir aux élections 2007 » que nous avons publier dans le numéro de juin de la revue, ce que nous souhaitons avant tout c’est aider les tenants d’une démocratie renouvelée à regarder l’état politique et citoyen de la France les yeux dans les yeux, pour cerner là où nous nous sommes trompés, là où l’enthousiasme a pu prendre le pas sur le discernement, mais aussi là où notre seul tort a était d’avoir raison trop tôt.

Et vous, quelles questions vous pose l’avènement de Nicolas Sarkozy et du gouvernement Fillon à la tête de l’État ?

h1

Allez hop, on balance les Verts ?

6 juillet 2007

Tiens, ça leur prend souvent à Territoires de faire un article de trois pages sur un parti politique ? Voilà ce qu’un lecteur de la revue pourrait se dire en voyant en une du numéro de juin le titre de l’article « Les Verts sont-ils encore utiles ? »

verts-verts-1.png

Que personne ne s’inquiète, notre revue n’est pas affiliée à un parti plus qu’à un autre (beaucoup de citoyens savent combien la démocratie participative locale, comme l’autocratie autoritaire cassante et imbécile, sont trans-partis). Territoires ne s’est pas non plus laissé tenter par l’analyse politique pour l’analyse politique, comme de nombreux hebdos qui doivent remplir quelques pages entre la pub et décortiquent les résultats électoraux et les petites phrases comme des analystes financiers scrutent les cours de bourse.

Alors pourquoi cet article ? Il est le fruit d’une interrogation. Celle de voir se creuser un fossé de plus en plus grand entre les actions méritoires, souvent innovantes, à contre-courant des élus Verts de terrain et une situation politique et médiatique déplorable au plan national. En même temps, l’environnementalisme, une certaine forme de « consumérisme écolo », qui ne remet pas plus en cause nos modes de productions industriels ou sociaux, mord de plus en plus de terrain sur ce que pourrait être une véritable écologie politique. Dans ce contexte, se poser la question des Verts est avant tout se poser la question de la place de l’écologie politique dans le paysage français. L’enjeu étant de ne pas jeter à la déchetterie les idées avec le parti.

Alors, pour vous, les Verts, ça se recycle ?