Posts Tagged ‘bienvenu chez les ch’tis’

h1

Langues régionales : constitutionnalisées ou danyboonisées ?

25 juin 2008

Le feuilleton de la reconnaissance des langues régionales continue. Pour un peu, il va devenir plus riche en rebondissements que les sagas télévisuelles de l’été.
Petit rappel donc, depuis l’article du n°489 de Territoires consacré au sujet.
L’amendement à l’article 1er de la Constitution voté le 22 mai dernier par les députés, ajoute que « Les langues régionales appartiennent à son patrimoine ».
Le 16 juin, les académiciens, dans le rôle du vieux patriarche garant des traditions, demandent tout simplement son retrait, de peur que « l’identité nationale » soit menacée. Ils n’apprécient pas de voir les langues régionales mentionnées dans l’article 1er de la Constitution, alors qu’il n’est question du Français que dans l’article 2. Si le rôle de l’Académie est de veiller à la protection de la langue française, et qu’encourager le plurilinguisme par la reconnaissance des langues régionales est une façon de préserver le Français, cette prise de position défie la logique.

Elle est maintenant confortée par la position du Sénat qui, le 18 juin dernier, a adopté contre l’avis du gouvernement et de la commission des Lois, un amendement supprimant la référence aux langues régionales. Si la majorité du PS, les Verts et quelques UMP ont voté contre, cela n’a pas suffi pour faire pencher le Sénat vers la reconnaissance des langues régionales.

Prochain épisode : le retour du texte à l’Assemblée, avant de passer en commission mixte paritaire. Si certains balaient la question en affirmant qu’« une langue vivante n’a pas besoin d’être constitutionnalisée pour exister », (édito du Monde du 20 juin), vantant les mérites du bientôt mythique film Ch’ti (« Ce film a plus fait pour la langue régionale du Nord que n’importe quelle disposition légale »), il y a de quoi frémir. Heureusement que la survie des langues ne dépend pas seulement de leur inscription dans la Constitution, mais trouve son souffle dans la culture, la pratique, l’enseignement, la recherche. Doit-on pour autant se réjouir si le Ch’ti le plus populaire se rend, succès oblige, dans un prochain épisode en terre marseillaise ?

Qu’en pensez-vous, vous qui, sur les territoires, œuvrez pour maintenir et diffuser les langues et cultures régionales ?

Blanche Caussanel

Publicités