h1

Mais à quoi donc ça peut bien servir ?…

16 février 2007

…C’est exactement la question que je me pose à propos du vote électronique, celui qui se passe dans le bureau de vote, mais où l’isoloir et les bulletins habituels sont remplacés par un ordinateur qui enregistre votre vote. Ce système ne semble avoir que des inconvennients : difficultés à le contrôler, à garantir l’anonymat du vote, impossibilité de recontage et de surveillance par les citoyens… même le coûts, si l’on en croit une étude du gouvernement Belge est plus élevé que le vote papier. De plus, dans les pays où il a été adopté, comme dans certains états des USA, il ne semble pas stimuler la participation.

À part enrichir les sociétés qui fournissent ordinateurs de vote et logiciels (plus la maintenance, le suivi, le conseil, etc.), à quoi sert donc le vote électronique ?

Cette question semble avoir été tranchée par le gouvernement, qui incite les collectivités locales à s’équiper… Les villes de Saint-Denis, Grenoble et Sceaux viennent de renoncer, après avoir hésité un temps. Peut-être que les élus locaux commencent à se rendre compte que le crédo de la « modernité » n’a quelque fois, tout simplement, aucun sens. Les soirées de dépouillement en mairie ont encore de l’avenir !

Pour en savoir plus sur le vote electronique, voir ici.

Advertisements

6 commentaires

  1. La revue « La lettre du cadre territorial » – Numéro 331 du 1er février 2007 consacre 3 pages à ce dossier ainsi que la revue « Sciences et Vie » qui quant à elle consacre un dossier de12 pages dans son édition du mois de février.

    Les ordinateurs de vote sont loin de convaincre…


  2. Encore une fois, je trouve que la question du « pourquoi » est essentielle. Voilà une « innovation » promue par le gouvernement, qui incite les collectivités locales à investir, sans que personne ne puisse dire à quel besoin cela répond.

    Pourquoi est-ce qu’un outil qui n’est pas encore au point et qui ne répond pas à une attente peut incarner la « modernité » ? C’est celà que nous devons questionner, car je pense que la société a bien plus besoin de creuser en direction des innovations sociales et de voir en elles une voie de modernisation de la société.

    Nicolas Leblanc


  3. Au conseil municipal de décembre à Brest les élus de droite et de gauche s’en sont pris à la demande de mororatoire des Verts parlant même de débat dangereux pour les élus « Brest nouvelel Citoyenneté »
    (voir la retransciption des interventions).

    Depuis le débat public a beaucoup avancé avce le refus d eplusieurs villes comme le signale Chris Perrot et avec la prise de position en faveur du moratoire de député MRG, du PCF de la coordination des alternatifs et des Verts et parfois d’élus locaux socialistes et de l’UMP.

    Toutes ces prises de position sont en ligne parmi une cinquantaine d’articles sur le sujet sur le blog ouvert des élus verts de Brest :
    http://www.brest-ouvert.net/rubrique142.html


  4. Une prise de position doublement intéressante, puisque venant d’un élu de Brest (Michel Briand), ville qui a mis en place des machines à voter ; élu qui plus est pionnier dans la réflexion et la mise en oeuvre de l’internet collaboratif citoyen !

    (voir par exemple : http://www.ecrit-public.net/
    ou : http://www.a-brest.net/
    ou encore : http://www.participation-brest.net/ )

    nicolas leblanc


  5. Une pétition en ligne pour le retour du vote papier en France est disponible à l’adresse suivante :
    http://recul-democratique.org/petition/


  6. Voici une lettre ouverte de citoyens de Bagnolet (PCF) à leur maire, qui veut mettre en place le vote électronique. Cela montre bien que le fait de se « tromper de progrès » n’est pas propre à la droite !

    ***

    Lettre ouverte à Marc Everbecq, maire de Bagnolet Pas de machines à frauder à Bagnolet !

    Monsieur le Maire,

    A l’instar du PCF(1), des Verts, des Alternatifs, et de nombreuses personnalités et candidats de tous les bords politiques ainsi que de l’association « citoyens et informaticiens pour un vote vérifié par l’électeur » (2), nous vous demandons la suspension de l’utilisation des machines à voter pour les prochaines élections présidentielles et législatives et le retour au vote papier.

    En effet, ces machines ne sont pas fiables en l’état actuel des connaissances. De nombreuses études ont démontré les possibilités de fraudes (3). Plusieurs cas réels d’ « erreurs » portant sur des milliers de voix sont également rapportés.

    Les citoyens ne peuvent plus vérifier directement eux-mêmes la sincérité des résultats. Ils sont ainsi, une fois encore, écartés de la vie politique. Il faut recourir à des techniciens et certaines fraudes restent indétectables. Enfin, les codes de ces machines ne sont pas publics car protégés par le secret commercial !

    Ces machines électroniques sont massivement mises en place dans deux départements « bastions » de l’UMP, les Hauts de Seine et les Alpes Maritimes, et d’une façon générale, par des maires de droite. Bagnolet est une des seules villes (4) dirigées par un maire communiste à effectuer ce dangereux recul démocratique. Il faut se ressaisir !

    Les premiers signataires : Martine Attinger, enseignante, Christian Bille, intégrateur-développeur en informatique, Valérie Bille, coprésidente du CAC93, Lélia Blin, enseignante-chercheuse en informatique, Michel Bonnot, agent communal, Karine Chehata, naturopathe, Johanne Degaille, comptable, Claudine Desrues, enseignante, Agnès Fin, Jean-Pierre Hauguel, cadre retraité, Marie-Christine Lacazette, conseillère municipale PCF, coprésidente du CAC93, Aurore Lombardo, Bernard Lombardo, militant associatif, Dominique Maraval, artiste peintre sculpteur, Daniel Marguerie, Laetitia Millon, Jean-Claude Oliva, journaliste, coprésident du CAC93, Cécile Pallarès, bibliothécaire contractuelle, Christiane Pesci, psychomotricienne/formatrice/militante des Verts, Michel Pesci, cadre bancaire/formateur/militant des Verts, Catherine Reby, juriste, Jean-Claude Seguin, syndicaliste, coprésident du CAC93, René Seibel, les Alternatifs, Caroline Serra, infographiste, Eva Slowinski, technicienne en informatique, Pascal Slowinski, alpiniste du bâtiment, Arthur Slowinski, écolier (pour avoir le choix demain), Maxime Slowinski (pour avoir le choix demain), Eric Taton, sympathisant socialiste, Raphaël Vion, assesseur sur ce système lors du dernier scrutin…

    Pour vous joindre à cet appel, envoyer vos nom, prénom et qualité à oliva@internatif.org

    (1) http://www.pcf.fr/spip.php?article1149
    (2) http://recul-democratique.org/petition/

    ***

    nicolas leblanc



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :